Nouvelle publication consacrée à l’histoire des musiciennes

(couverture de Pratiques musicales féminines)

Ouvrage dirigé par Cathe­rine Deutsch et Caro­line Giron-Panel

Symé­trie, Lyon, juillet 2016, 208 p., 32 €

Le fait d’être une femme a-t-il eu, his­to­ri­que­ment, une inci­dence sur les pra­tiques des musi­ciennes ? S’il est aujourd’hui avéré que le genre du musi­cien n’influe pas direc­te­ment sur le son pro­duit – à l’exception évidente de la voix –, les inter­dits sociaux ou cultu­rels qui pesaient et pèsent encore sur les pra­tiques musi­cales fémi­nines ont néces­sai­re­ment eu des consé­quences sur ces der­nières, qu’il s’agisse du choix de l’instrument, de la posi­tion de l’instrumentiste ou de l’accès même des femmes à l’ap– pren­tis­sage de la musique.

Les dif­fé­rentes contri­bu­tions envi­sagent ces ques­tions en exa­mi­nant un large spectre de pra­tiques musi­cales, allant de la com­po­si­tion à l’interprétation ins­tru­men­tale et vocale, en pas­sant par le pro­fes­so­rat et le mécé­nat, les acti­vi­tés rému­né­rées ou non, les per­for­mances pri­vées, publiques ou semi-publiques. Dif­fé­rents espaces sont ainsi pris en consi­dé­ra­tion : le foyer, la cour, le couvent, l’académie, la ville, le conser­va­toire, la scène, autant de lieux qui, de la Renais­sance à la fin du xixe siècle, ont joué un rôle ambi­va­lent pour les pra­tiques musi­cales des femmes en Europe occidentale.

À tra­vers ces études de cas, on mesure les muta­tions et les constantes des atten­dus de la fémi­nité, ainsi que la redéf­ni­tion per­ma­nente des contours du licite et de l’illicite, de la décence et de l’inconvenance, en fonc­tion des époques et des contextes sociaux et cultu­rels. À la croi­sée de l’histoire cultu­relle de la musique, de l’histoire des femmes et de l’histoire du genre, cet ouvrage place les femmes au centre de l’histoire de la musique tout en met­tant en lumière le rôle des pra­tiques musi­cales dans la consti­tu­tion des normes de genre et leurs per­pé­tuelles transformations.

Table des matières :

Intro­duc­tion
Cathe­rine Deutsch et Caro­line Giron-Panel

Par­tie 1 : Éduca­tion musi­cale et dis­cours normatifs

          Cathe­rine Deutsch
Musique, ins­ti­tu­tio fémi­nine et normes de genre dans l’Italie de la pre­mière modernité

         Mar­tine Son­net
Quelques échos des pra­tiques musi­cales dans l’éducation des lles au xviiie siècle

         Estelle Freyer­muth
Du salon au conser­va­toire : l’éducation musi­cale des lles au xixe siècle à Strasbourg

         Carla Conti
De l’hor­tus clau­sus à la chambre de musique : l’enseignement de la musique à Naples dans la pre­mière moi­tié du xixe siècle

Par­tie 2 : Espaces de repré­sen­ta­tions et d’autoreprésentations

         Mas­simo Pri­vi­tera
Images de musique, images de femmes

          Cathe­rine Ces­sac
Élisa­beth Jac­quet de La Guerre, « pre­mière musi­cienne du monde » ?

          Fabien Guilloux
Le chant, la règle et la clô­ture : dé nir l’ethos du chant monas­tique à l’époque moderne

         Inga Mai Groote
« Le dame acca­de­miche » : pré­sence musi­cale au fémi­nin dans les aca­dé­mies italiennes

          Cécile Quef­fé­lec
Les chan­teuses au Concert spi­ri­tuel : par­cours et répertoire

Colloque Éliane Radigue, 23 et 24 mai 2016

Centre Cli­gnan­court
2, rue Fran­cis de Crois­set
75018 Paris

Salle 120

Responsables: Marc Bat­tier, Raphaëlle Legrand, Viviane Waschbüsch

Col­loque co-organisé par le CReIM, le GeMM (Genre, Musique et Musi­ciennes), l’IEC (Ins­ti­tut Emi­lie du Châ­te­let), l’IReMus (Ins­ti­tut de Recherche en Musi­co­lo­gie) et l’Ecole doc­to­rale Concepts et Lan­gages (ED V)

Lundi 23 mai 2016

09.30 : Accueil des participants

10 :00 : Intro­duc­tion (Marc Bat­tier, Raphaëlle Legrand)

10.30–11.15 : OCCAM OCEAN HEXA II – A Col­la­bo­ra­tive Com­po­si­tion
Pr. Cat Hope (Edith Cowan Uni­ver­sity) and Carol Robin­son (Com­po­ser and musician)

11.15–12.00 : Éliane Radigue’s sco­re­less works : ideas of owner­ship, composer-centredness and col­la­bo­ra­tion in the Occam Ocean series
Luke Nickel (Bath Spa University)

PAUSE CAFÉ

12.30–13.15 :  Eliane Radigue: Sound and lis­te­ning
Louise Mar­shall (Lon­don Col­lege of Communication)

13.15–14.00 : The influence of GRMC and GRM on Eliane Radigue’s works in the music of Daphne Oram
Jo Hut­ton (Uni­ver­sity of Surrey)

PAUSE DÉJEUNER

15.30–16.15 :

16.15–17.00 : Au-delà du son “Trans­amo­rem Trans­mor­tem” de Eliane Radigue par rap­port à la moda­lité
Car­lotta Fer­rari, (Uni­ver­sité Nor­male du Hebei, Shi­jiaz­huang, Chine)

17.00–17.45 : Radigue, inter­pre­ta­tion and audi­tory per­cep­tion
Richard Glo­ver (Uni­ver­sity of Wolverhampton)

17.45–18.30 : Les rap­ports des corps, de l’oralité et de la mémoire dans Bodied cham­bers pour vio­lon­celle et élec­tro­nique 
Patri­cia Ales­san­drini (Uni­ver­sité de Londres)

COCKTAIL

19.00 : Bodied Cham­bers pour vio­lon­celle et élec­tro­nique
Eric-Maria Cou­tu­rier (Ensemble Inter­con­tem­po­rain Paris)

Mardi 24 mai 2016

10.00: Accueil des par­ti­ci­pants
10.30–11.00 : Evo­lu­tions esthé­tiques dans les musiques élec­troa­cous­tiques et acous­tiques d’Eliane Radigue : une ana­lyse com­pa­ra­tive
Viviane Waschbüsch (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne, Ins­ti­tut de Recherche en Musi­co­lo­gie, UMR 8223)

11.00–11.45 : Com­mu­ni­ca­tion n° 9 (S. Roux)

PAUSE CAFÉ

12.00–12.45 : Ana­ly­ser la musique d’Éliane Radigue : la repré­sen­ta­tion musi­cale des micro– aux macro­struc­tures
Pierre Cou­prie (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne, Ins­ti­tut de Recherche en Musi­co­lo­gie, UMR 8223)

12.45–13.30 : Jet­sun Mila (1986) – Du pro­gramme à la forme 
Mikhail Malt (Ircam – UMR 9912 STMS Ire­mus – UMR 8223)
Tatiana Catan­zaro (NICS – Uni­camp Ircam– UMR 9912 STMS)

PAUSE DÉJEUNER

16.30–17.30 : Dif­fu­sion DVD/Film sur Eliane Radigue (IMA Fic­tion Por­trait #04 de 2006)

PAUSE CAFÉ

17.45–18.45 : Entre­tien avec Eliane Radigue 

18.45 COCKTAIL

19.30 : Concert
Occam XVI Carole Robin­son (cla­ri­nette basse)
Occam XIX Louis-Michel Marion (contre­basse)
River VIII Carole Robin­son et Louis-Michel Marion (cla­ri­nette basse et contre­basse)
Occam (élec­tro­nique) Lae­ti­tia Sonami

Femmes musicologues francophones, de Michel Brenet (1858–1918) à Solange Corbin (1903–1973)

 

12e Ren­contres du CReIM

Jour­née d’études orga­ni­sée par Cathe­rine Deutsch et Isa­belle Ragnard

Ven­dredi 11 mars 2016

Salle R01 (rez-de-chaussée, à gauche de la biblio­thèque)
Centre Cli­gnan­court
2, rue Fran­cis de Crois­set — 75018 Paris
Métro Porte de Clignancourt

Uni­ver­sité Paris-Sorbonne — IRe­Mus — CReIM — GeMM

9h Accueil

9h30
Cathe­rine Deutsch et Isa­belle Ragnard : Introduction

10 h
Raphaëlle Legrand et Théo­dora Psy­choyou (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne–IReMus) : « Essai de car­to­gra­phie du conti­nent Michel Bre­net (1858–1918) »

10h45 Pause

11h
Yves Bal­mer (CNSMDP) : « Marie-Louise Per­eyra (1878–1944) et la Revue de musi­co­lo­gie »

11h30
Chris­tophe Cor­bier (CNRS-CRAL-EHESS) : « De la Schola aux Incas : les enquêtes de Mar­gue­rite (1884–1964) et Raoul d’Harcourt en Amérique »

12h
Flo­rence Gétreau (CNRS, IRe­Mus) : « Gene­viève Thi­bault (1902–1975) »

12h45 Déjeu­ner

14h
Isa­belle Ragnard (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne–IReMus) : « Yvonne Rihouët-Rokseth (1890–1948) et Jeanne Marix (1895–1939) : aimer la musique médiévale »

14h30
Flo­rence Lau­nay (cher­cheuse indé­pen­dante) : « Thé­rèse Marix-Spire (1898–1987) : De George Sand à Pau­line Viar­dot, iti­né­raire d’une dix-neuviémiste »

15h
Cathe­rine Deutsch (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne–IReMus) : « Ecrire sur les musi­ciennes, une ques­tion de genre ? »

15h45 Pause

16h15
Jean Gri­benski (Uni­ver­sité de Poi­tiers) : « Solange Cor­bin (1903–1973) pen­dant les “années noires” (1940–1944) : for­ma­tion tar­dive, Résis­tance active »

16h45
Isa­belle His (Uni­ver­sité de Poi­tiers) : « Solange Cor­bin à Poi­tiers : la leçon de Dolmetsch ? »

Souffler, pincer, frotter, frapper : Femmes et instruments de la Renaissance à nos jours. 11e Rencontres du CReIM, Jeudi 12 et vendredi 13 mars 2015

Uni­ver­sité Paris-Sorbonne, 1 rue Vic­tor Cou­sin, Paris 5e

Jeudi 12 mars, 14h30-19h, salle J636, esca­lier G, 3e étage

Ven­dredi 13 mars, 15h-19h, salle J326, esca­lier G, 3e étage

Pro­gramme

Jeudi 12 mars 2015, 14h30-19h, salle J636 esca­lier G, 3e étage

Souf­fler, pin­cer, frot­ter, frap­per : Femmes et ins­tru­ments de la Renais­sance à nos jours

Pré­si­dente de séance : Théo­dora Psy­choyou (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne)

14h30 Cathe­rine Deutsch : Introduction

14h45 Entre­tien avec Kate­rina Foti­naki : « Son, souffle, rythme et verbe, visages modernes dans la chan­son poé­tique grecque »

15h15 Flo­rence Gétreau (IRe­Mus) : « Valeurs morales asso­ciées aux femmes ins­tru­men­tistes dans les repré­sen­ta­tions figu­rées : muses, saintes, vierges et épouses, cour­ti­sanes et pros­ti­tuées, virtuoses »

16h30 Pause

17h Imyra San­tana (Univ. Paris-Sorbonne) : « Le vio­lon et la harpe : les deux Élisa­beth de Haulteterre »

17h30 Arthur Lus­son (Univ. Fran­çois Rabe­lais de Tours) : « Les agré­ga­tions fémi­nines à l’Académie Phil­har­mo­nique de Bologne : dis­tinc­tion sans len­de­main ou authen­tique outil de pro­mo­tion professionnelle ? »

18h Entre­tien avec Sally Nyolo : « Iti­né­raires du mwet, de l’épopée guer­rière à la berceuse »

L’après-midi sera suivi d’un concert pro­grammé dans le cadre des Jour­nées des femmes de Sorbonne-Universités :

20h30 Sor­bonne, Amphi­théâtre Riche­lieu : concert du Fes­ti­val Pré­sences Fémi­nines de Claire Bodin. Duo des gui­ta­ristes May Cotell et Chloé Dematte, lau­réates (prix du jury et prix du public) du pre­mier concours Pré­sences Fémi­nines en 2013. Pro­gramme : http://www.culture.paris-sorbonne.fr/

 

Ven­dredi 13 mars 2015, 15h-19h, salle J326 esca­lier G, 3e étage

Caro­line Boissier-Butini et Hélène de Mont­ge­roult, deux pianistes-compositrices au tour­nant des XVIIIe et XIXe siècles

Demi-journée d’étude pro­gram­mée à la suite du Concert de midi donné dans le cadre du cycle « Musique : nom fémi­nin », autour des œuvres de Hélène de Mont­ge­roult et Caro­line Boissier-Butini. Edoardo Tor­bia­nelli, pia­no­forte. Ven­dredi 13 mars, 12h15, Sor­bonne, Amphi­théâtre Riche­lieu. Pro­gramme http://www.concertsdemidi.fr/

 

Pré­si­dente de séance : Raphaëlle Legrand (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne)

15h00 Raphaëlle Legrand : Introduction

15h15 Irène Min­der (Berne) : « Madame Bois­sier cherche un piano. L’épopée du Broad­wood et les pia­nistes fameux ren­con­trés en 1818 à Paris par la musi­cienne gene­voise Caro­line Boissier-Butini (1786–1836) »

16h15 Edoardo Tor­bia­nelli (Schola Can­to­rum de Bâle, Uni­ver­sité Paris-Sorbonne) : « Remarques sur l’écriture pia­nis­tique de Caro­line Bois­sier– Butini »

16h45 Pause

17h Jeanne Rou­det (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne) : « Le pia­nisme d’Hélène de Montgeroult »

18h Raphaëlle Legrand et Ber­trand Porot : Pré­sen­ta­tion de la pre­mière publi­ca­tion du CReIM, Musi­ciennes en duo — Mères, filles, sœurs ou com­pagnes d’artistes (Presses Uni­ver­si­taires de Rennes, 2015). Cathe­rine Deutsch (Univ. Paris-Sorbonne), Raphaëlle Legrand (Univ. Paris-Sorbonne) dis­cu­tante : Pré­sen­ta­tion de la tra­duc­tion de Ouver­ture fémi­niste (Femi­nine Endings) de Susan McClary (trad. Cathe­rine Deutsch et Sté­phane Roth, Paris, La rue musi­cale, 2015)

 

Jour­nées d’études orga­ni­sées par : Cathe­rine Deutsch et Imyra San­tana (12 mars)

Flo­rence Lau­nay, Raphaëlle Legrand et Jeanne Rou­det (13 mars)

Avec la par­ti­ci­pa­tion de Clau­dia Dafne, Sevilla Joël Soi­chez et THéo­dore Lam­bert (pianoforte)

Avec le sou­tien du groupe Genre, Musique, Musi­ciennes (GeMM) de l’Institut de Recherche en Musi­co­lo­gie (IRe­Mus, UMR 8223)

Pro­gramme creim 12–13 mars 

Parution de Ouverture féministe de Susan McClary, conférence à la Philharmonie le 7 mars 2015

À l’occasion de la paru­tion d’Ouver­ture fémi­niste de Susan McClary (tra­duit de l’anglais par Cathe­rine Deutsch et Sté­phane Roth) aux Edi­tions de la Phil­har­mo­nie de Paris, la Phil­har­mo­nie de Paris pro­pose une après-midi de confé­rences et débat autour du concept de “genre” en musique.

En voici le pro­gramme détaillé :

Les pro­ces­sus de com­po­si­tions, les struc­tures sonores, le geste ins­tru­men­tal, l’analyse ou la théo­rie musi­cale peuvent-ils revê­tir une iden­tité sexuelle ? Le concept de « genre », si com­plexe à démê­ler dans l’actualité, constitue-t-elle un fac­teur cri­tique ou une caté­go­rie d’analyse en musique ? Musi­co­logues, socio­logues et poli­to­logues confrontent leur point de vue, entre his­toire pro­fonde et pro­blé­ma­tique de société.

14h00-14h45

CONFÉRENCE

Diva ou tuba !

par David Christoffel

14h45-15h30

CONFÉRENCE

L’Ouverture fémi­niste de Susan McClary, ou le genre comme caté­go­rie utile de l’analyse musicale

par Cathe­rine Deutsch

16h00-17h15

TABLE RONDE

Ani­mée par David Christoffel

Avec la par­ti­ci­pa­tion de :

Cathe­rine Deutsch

Hya­cinthe Ravet

Juliette Rennes

Festival Présence féminine du 14 au 18 mars 2015

Rendre visibles les créa­trices et leurs œuvres que l’on croyait man­quantes, est essen­tiel pour que les femmes, qui pensent sou­vent qu’elles n’ont occupé que peu ou pas de place dans l’histoire des Arts, puissent connaître celles qui les ont pré­cé­dées, qui peuvent être des pion­nières, des héroïnes, des modèles.

Pré­sences Fémi­nines, dans le domaine musi­cal, s’est donné cet objec­tif et, pour sa cin­quième édition, s’intéressera par­ti­cu­liè­re­ment à celles qui ont été « là où on ne les atten­dait pas », jouant des ins­tru­ments qui leur étaient décon­seillés, voire inter­dits, ou écri­vant dans des formes et des genres pour les­quels on ne les ima­gi­nait pas.

Mal­gré les obs­tacles, les femmes ont su écrire magni­fi­que­ment pour le vio­lon­celle, ins­tru­ment dont la posi­tion était jugée incon­ve­nante, pour les ins­tru­ments à vents, qui ris­quaient de leur défor­mer les traits du visage ; com­posé des qua­tuors à cordes, des œuvres sym­pho­niques, des airs à boire aux joyeuses paroles…

Nous revien­drons sur les dif­fé­rences de trai­te­ment à l’égard des femmes et, tout en rap­pe­lant avec humour et légè­reté ces diverses contraintes, nous ren­drons hom­mage à celles, nom­breuses, qui ont osé trans­gres­ser les usages et l’ont fait avec beau­coup de talent.

Avec cette nou­velle édition Pré­sences Fémi­nines dira et redira com­bien est néces­saire et vivi­fiante la recherche d’équilibre, et com­bien sont d’un autre âge les cli­vages qui per­durent entre les hommes et les femmes.

Livret fes­ti­val

Info : www.presencesfeminines.org

 

Viviane Waschbüsch

Viviane Waschbüsch

 

Viviane Waschbüsch est com­po­si­trice, vio­lo­niste et musi­co­logue. Elle a suivi des études de com­po­si­tion à la Musi­khoch­schule Karls­ruhe auprès de Wolf­gang Rihm (2008–2012) et obtient son pre­mier prix de com­po­si­tion avec féli­ci­ta­tions du jury. Elle enchaine ensuite un mas­ter franco-allemand de musi­co­lo­gie dans les uni­ver­si­tés de Paris-Sorbonne et de la Sarre (2010–2012) ; son sujet porte sur la mise en œuvre du « Théâtre de la cruauté » d’Antonin Artaud dans La conquête du Mexique de Wolf­gang Rihm. Char­gée de cours (2011) puis assis­tante (2012–2013) à l’institut de musi­co­lo­gie de l’Université de la Sarre, elle obtient en 2013 un contrat doc­to­ral à l’université Paris-Sorbonne. Elle pré­pare actuel­le­ment une thèse de doc­to­rat en cotu­telle sur la sim­pli­cité comme concept de créa­tion dans la musique contem­po­raine en Alle­magne sous la direc­tion de Marc Bat­tier à l’université Paris-Sorbonne et Mar­tin Sup­per à la Uni­ver­sität der Künste Berlin.

Contact : vwaschbuesch@gmail.com

www.vivianewaschbuesch.com

Articles

Les Lie­ders Chi­nois du com­po­si­teur Pavel Haas (2013, Article à paraître)

Approche et ana­lyse du lan­gage musi­cal de Michèle Reverdy (Article, 2014, Sorbonne)

The Stance of Ger­man New Sim­pli­city com­po­sers on Sound Art (Article, 2014, EMS)

De l’esquisse au théâtre musi­cal : genèse du livret et des déve­lop­pe­ments musi­caux dans La conquête du Mexique (2012, Article à paraître)

Com­mu­ni­ca­tions

Les Aspects du fan­tas­tique musi­cal en Alle­magne après 1980 : Dio­ny­sos de Wolf­gang Rihm et Schlach­thof V de Hans-Jürgen von Bose, Uni­ver­sité de Rouen (03/2015)

L’impact de Nietzsche dans la musique du XXème siècle, Uni­ver­sité Paris-Sorbonne (01/2015)

The stance of new sim­pli­city com­po­sers on so

 

und art, EMS, Uni­ver­sität der Künste, Ber­lin (06/2014)

La musique ins­tru­men­tale de la com­po­si­trice Michèle Reverdy, Uni­ver­sité Paris-Sorbonne (06/2014)

Par­ti­ci­pa­tion à la table ronde en hom­mage à Henri Dutilleux, Uni­ver­sité Paris-Sorbonne (05/2014)

Les lie­der chi­nois du com­po­si­teur Pavel Haas, Uni­ver­sité Paris-Sorbonne (04/2014)

Les qua­tuors de Her­mann Grab­ner à l’Université de Bochum (07/2013)

Richard Wag­ner en France, Uni­ver­sité Paris Sor­bonne (Jour­née d’étude PLM) (04/ 2013)

La vie et l’œuvre de W. Rihm au Saarlän­disches Staats­thea­ter (04/2012)

De l’esquisse au théâtre musi­cal : genèse du livret et des déve­lop­pe­ments musi­caux dans La conquête du Mexique, Uni­ver­sité de la Sarre (04/2012)

Les textes de Richard Wag­ner à la table ronde de l’Opéra Bas­tille (05/2011)

Orga­ni­sa­tion de conférences

Juin 2014

Michèle Reverdy:Je suis une com­po­si­trice, je suis une femme, Uni­ver­site Paris-Sorbonne (co-organisation avec Raphaëlle Legrand et Hya­cinthe Ravet), (06/ 2014)

Avril 2012

Rihm et Artaud, Confé­rence Franco-Allemande à l’Université de la Sarre (04/2012)

 

Communication de Raphaëlle Legrand au colloque “Le savant et le praticien. Théoriser la composition de Rameau à nos jours” , 14–15 novembre 2014

Invi­tée à par­ler de la théo­rie ramiste, Raphaëlle Legrand détourne sa com­mu­ni­ca­tion pour s’interroger sur le genre et sur l’absence de femmes dans ce colloque.

ttp://medias.ircam.fr/x15f500