Non classé

Parution de Ouverture féministe de Susan McClary, conférence à la Philharmonie le 7 mars 2015

À l’occasion de la paru­tion d’Ouver­ture fémi­niste de Susan McClary (tra­duit de l’anglais par Cathe­rine Deutsch et Sté­phane Roth) aux Edi­tions de la Phil­har­mo­nie de Paris, la Phil­har­mo­nie de Paris pro­pose une après-midi de confé­rences et débat autour du concept de “genre” en musique.

En voici le pro­gramme détaillé :

Les pro­ces­sus de com­po­si­tions, les struc­tures sonores, le geste ins­tru­men­tal, l’analyse ou la théo­rie musi­cale peuvent-ils revê­tir une iden­tité sexuelle ? Le concept de « genre », si com­plexe à démê­ler dans l’actualité, constitue-t-elle un fac­teur cri­tique ou une caté­go­rie d’analyse en musique ? Musi­co­logues, socio­logues et poli­to­logues confrontent leur point de vue, entre his­toire pro­fonde et pro­blé­ma­tique de société.

14h00-14h45

CONFÉRENCE

Diva ou tuba !

par David Christoffel

14h45-15h30

CONFÉRENCE

L’Ouverture fémi­niste de Susan McClary, ou le genre comme caté­go­rie utile de l’analyse musicale

par Cathe­rine Deutsch

16h00-17h15

TABLE RONDE

Ani­mée par David Christoffel

Avec la par­ti­ci­pa­tion de :

Cathe­rine Deutsch

Hya­cinthe Ravet

Juliette Rennes

Festival Présence féminine du 14 au 18 mars 2015

Rendre visibles les créa­trices et leurs œuvres que l’on croyait man­quantes, est essen­tiel pour que les femmes, qui pensent sou­vent qu’elles n’ont occupé que peu ou pas de place dans l’histoire des Arts, puissent connaître celles qui les ont pré­cé­dées, qui peuvent être des pion­nières, des héroïnes, des modèles.

Pré­sences Fémi­nines, dans le domaine musi­cal, s’est donné cet objec­tif et, pour sa cin­quième édition, s’intéressera par­ti­cu­liè­re­ment à celles qui ont été « là où on ne les atten­dait pas », jouant des ins­tru­ments qui leur étaient décon­seillés, voire inter­dits, ou écri­vant dans des formes et des genres pour les­quels on ne les ima­gi­nait pas.

Mal­gré les obs­tacles, les femmes ont su écrire magni­fi­que­ment pour le vio­lon­celle, ins­tru­ment dont la posi­tion était jugée incon­ve­nante, pour les ins­tru­ments à vents, qui ris­quaient de leur défor­mer les traits du visage ; com­posé des qua­tuors à cordes, des œuvres sym­pho­niques, des airs à boire aux joyeuses paroles…

Nous revien­drons sur les dif­fé­rences de trai­te­ment à l’égard des femmes et, tout en rap­pe­lant avec humour et légè­reté ces diverses contraintes, nous ren­drons hom­mage à celles, nom­breuses, qui ont osé trans­gres­ser les usages et l’ont fait avec beau­coup de talent.

Avec cette nou­velle édition Pré­sences Fémi­nines dira et redira com­bien est néces­saire et vivi­fiante la recherche d’équilibre, et com­bien sont d’un autre âge les cli­vages qui per­durent entre les hommes et les femmes.

Livret fes­ti­val

Info : www.presencesfeminines.org

 

Communication de Raphaëlle Legrand au colloque “Le savant et le praticien. Théoriser la composition de Rameau à nos jours” , 14–15 novembre 2014

Invi­tée à par­ler de la théo­rie ramiste, Raphaëlle Legrand détourne sa com­mu­ni­ca­tion pour s’interroger sur le genre et sur l’absence de femmes dans ce colloque.

ttp://medias.ircam.fr/x15f500

 

Musique, nom féminin : pour la saison 2015, les concerts de midi de la Sorbonne programment des oeuvres de compositrices

Pour la sai­son 2015, les Concerts de midi se pen­che­ront tout par­ti­cu­liè­re­ment sur la créa­tion au fémi­nin. On sait que les femmes inter­prètes ont tou­jours occupé une place essen­tielle dans l’histoire de la musique. Mais contrai­re­ment aux idées reçues, l’apport des com­po­si­trices ou des impro­vi­sa­trices a été capi­tal. Chaque concert s’attachera à don­ner des exemples emblé­ma­tiques de la créa­tion musi­cale assu­rée par des femmes : depuis l’époque ancienne, par exemple celle qui a vu Élisa­beth Jac­quet de la Guerre à celle d’Alma Mah­ler, sans oublier d’impressionnantes jazz­wo­men d’aujourd’hui. Et l’on verra égale­ment que les par­ti­tions por­tant les patro­nymes de Schu­mann ou Men­dels­sohn pou­vaient com­por­ter les pré­noms de Clara ou Fanny sans que le contenu souffre de la com­pa­rai­son avec l’époux ou le frère. Loin d’opposer hommes et femmes, les Concerts de midi veulent démon­trer la par­faite har­mo­nie qui naît du contre­point des genres… Et il est urgent de réécrire l’histoire en s’occupant un peu moins des muses et un peu plus des créatrices.

 http://www.concertsdemidi.fr/

La compositrice Kaija Saariaho, Docteure Honoris Causa de l’Université Bordeaux Montaigne : cérémonie le 10 février 2015

Une figure majeure de la musique contem­po­raine L’Université Bor­deaux Mon­taigne en tant qu’université bor­de­laise spé­cia­liste des dis­ci­plines artis­tiques a sou­haité mettre à l’honneur en 2015 une figure majeure de la musique contem­po­raine : Kaija Saa­riaho, musi­cienne et com­po­si­trice fin­lan­daise, spé­cia­liste de la musique spec­trale, réci­pien­daire de nom­breux prix inter­na­tio­naux et che­va­lier de l’ordre natio­nal du mérite.

À l’instar de Pierre Bou­lez, Kaija Saa­riaho est la com­po­si­trice dont les œuvres sont les plus jouées dans le domaine de la musique contem­po­raine. L’esthétique qu’elle déve­loppe se trouve au car­re­four des dif­fé­rentes ten­dances qui animent cet art et fait de cette musi­cienne une artiste appré­ciée de tous les cou­rants. Son pre­mier opéra, L’Amour de loin, livret d’Amin Maa­louf et mise en scène de Peter Sel­lars, a rem­porté un vif suc­cès lors de sa créa­tion au Fes­ti­val de Salz­bourg en 2000 et a été récom­pensé en 2003 par le Prix de com­po­si­tion Grawemeyer.

Parmi les nom­breux autres prix reçus, citons le Prix Ita­lia, le « Musi­cal Ame­rica Com­po­ser of the year » 2008 ou le « Grammy award » du meilleur enre­gis­tre­ment d’opéra en 2011. Une femme dans le monde très fermé des com­po­si­teurs : la musi­co­logue Flo­rence Lau­nay (2009) a mon­tré com­ment les grandes com­po­si­trices du passé, en par­ti­cu­lier celles du XIXe siècle, ont été oubliées dans les his­toires de la musique. La démarche de dis­tinc­tion de Kaija Saa­riaho par l’Université Bor­deaux Mon­taigne par­ti­cipe de ce souci de valo­ri­ser la place des femmes dans la créa­tion contemporaine.

http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/distinctions/kaija-saariaho-docteur-honoris-causa-de-l-universite-bordeaux-montaigne.html#kaija+saariaho++docteur+honoris+causa+de+l%E2%80%99universite+bordeaux+montaigne

Genre et création dans l’histoire des arts vivants — 12–14 décembre 2013

site inter­net : http://vivarts.hypotheses.org/

Pro­gramme pdf

Comité scien­ti­fique : Ales­san­dro Arcan­geli (Uni­ver­sità di Verona, Ita­lie) • Este­ban Buch (CRAL, EHESS/CNRS, France) • Susan Man­ning (Nor­th­wes­tern Uni­ver­sity, USA) • Hélène Mar­quié (Uni­ver­sité Paris 8, France) • Roxane Mar­tin (Uni­ver­sité de Nice – Sophia Anti­po­lis, France) • Feli­cia McCar­ren (Tulane Uni­ver­sity, USA) • Raphaëlle Legrand (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne, France) • Ste­fano Loren­zetti (Conser­va­to­rio di Vicenza, Ita­lie) • Anne­lis Kuhl­mann (Aarhus Uni­ver­si­tet, Dane­mark) • Henry Phil­lips (Univ. of Man­ches­ter, UK)

INSCRIPTIONS / REGISTRATION :  genre.vivarts@gmail.com

Tra­duc­tion simul­ta­née français-anglais

PROGRAMME

12 décembre 2013 - Reid Hall, Colum­bia Univ. in Paris

Geste et inter­pré­ta­tion / Ges­ture and Interpretation

9h00-9h30 – Accueil avec café & croissants

9h30-10h00 – Introduction

Eli­za­beth Claire, Cathe­rine Deutsch, Raphaëlle Doyon

10h-11h30 – Le genre du geste / The Gen­der of Gesture

Pré­sident de séance : Henry Phil­lips (Univ. of Man­ches­ter, UK)

1/ Samuel Breene (Rhode Island Col­lege, USA) – Ama­zons and Men of Fee­ling: Gen­der Trans­gres­sions in Eighteenth-Century Ins­tru­men­tal Practice

2/ Tomoko Takase (Univ. Meiji, Tokyo, Japon) – La Rose de Ver­sailles, et la fonc­tion du rôle de « tra­vesti » dans le théâtre popu­laire contem­po­rainTaka­ra­zuka au Japon

3/ Rachana Vaj­j­hala (Univ. of Cali­fo­nia, Ber­ke­ley, USA) – Flex, Flex, Flex!  Construc­tions of French Mas­cu­li­nity in Jeux [1913]

11h30-12h00 – Pause café

12h-13h – Le genre et le règne ani­mal / Gen­der and the Ani­mal Kingdom

Pré­si­dente de séance : Anne Simon (CRAL-EHESS-CNRS, France)

1/ Char­lotte Fou­cher Zar­ma­nian (Univ. Fran­çois Rabe­lais, Tours, France) – Quand les femmes entrent en piste ! Domp­tage et éman­ci­pa­tion fémi­nine au pas­sage du xixe au xxe siècle

2/ Julien Aubert (Univ. de Tou­louse 2 – Le Mirail, France) – Le corps du torero : une affir­ma­tion com­plexe d’un corps genré

13h-14h30 – Pause déjeu­ner 

14h30-16h – Normes expres­sives du genre / Gen­der and norms of expression

Pré­sident de séance : Este­ban Buch (CRAL-EHESS-CNRS, France)

Construc­tions of Femi­ni­nity in Late-19th/Early-20th-Century French and Bel­gian Music:

1/ Melissa L. Khong (City Univ. of New York, USA) - Lekeu’s Ophe­lia : Construc­tion the Femi­nine Ideal

2/ Mary Hub­bell (City Univ. of New York, USA) – Rey­naldo Hahn and the Construc­tion of Female Per­for­mance Practice

3/ Syl­via Kahan (City Univ. of New York, USA) – « La musique faite femme » : Pou­lenc, Vil­mo­rin, Poli­gnac, and the Gen­de­red Mélo­die

16h-16h30 – Pause café

16h30-18h00 – Inter­pré­ta­tions et regards / Inter­pre­ta­tion and Perspectives

Pré­si­dentes de séance : Eli­za­beth Claire, Cathe­rine Deutsch, Raphaëlle Doyon

1/ Mar­cia J. Citron (Rice Univ., Hous­ton, USA) – The Female Dan­cing Body in Opera-Film: Powell & Pressburger’s The Tales of Hoffmann

2/ Chris­tine Jean­ne­ret (Univ. de Genève, Suisse) – Femmes pri­vées, femmes publiques : Chan­teuses et comé­diennes en Ita­lie au xviie siècle

3/ Juan Val­le­jos (Coni­cet, Argen­tine) – Les dan­seuses des pas­sions de Jean-Georges Noverre

13 décembre 2013 - Reid Hall, Colum­bia Univ. in Paris

Fabrique de l’art et construc­tion de soi / Making Art and Construc­ting the Self

9h00-9h30 – Accueil avec café & croissants

9h30h-10h30 – Ses­sion plé­nière : Shan­non Jack­son (UC Ber­ke­ley, USA)

Varie­ties of Gen­de­red Performance

10h30-11h30 – Fémi­nisme I / Femi­nism I

Pré­si­dente de séance : Hélène Mar­quié (Univ. Paris 8, France)

1/ Pierre Philippe-Meden (Univ. Paris 8 – MSH Paris Nord, France) – La danse natu­relle des ath­lé­tesses de La Pales­tra héber­tiste à Deau­ville (1919–1939)

2/ Damien Delille (INHA, Univ. Paris 1, France) – Danses andro­gynes : les uto­pies du genre de Valen­tine de Saint-Point, Ric­ciotto Canudo et Vivian Pos­tel du Mas

11h30-12h00 – Pause café

12h-13h00 – Fémi­nisme II / Femi­nism II

Pré­si­dente de séance : Yvonne Hardt (Köln Univ., Allemagne)

1/ Anne Searcy (Har­vard Univ., USA) – « She Dan­ced Like an Angel Because She was One » : Galina Ula­nova Shapes a New Role for the Soviet Bal­le­rina, 1944–1959

2/ Sabine Feisst (Ari­zona State Univ., USA) – Nego­tia­ting Nature and Music Through Tech­no­logy : Eco­lo­gi­cal Reflec­tions in the Works of Maggi Payne and Lau­rie Spiegel

13h00-14h30 – Pause déjeu­ner 

14h30-15h30 – Éduca­tion, corps & pra­tiques de soi / Edu­ca­tion, the self and the body in practice

Pré­sident de séance : Rafael Man­dressi (CNRS, Centre Alexandre-Koyré, France)

1/ Rebecca Dowd Geoffroy-Schwinden (Duke Univ., USA) – L’école des jeunes filles de Madame Cam­pan : musique, per­for­mance et genre au len­de­main de la Révo­lu­tion française

2/ Elena Laz­za­rini (Univ. di Pisa, Ita­lie) – Le corps fémi­nin à la Renais­sance : construc­tion de l’art et construc­tion d’une iden­tité 

15h30-16h00 – Pause café

16h00-17h30 – Créer, Inter­pré­ter… / Crea­ting, Interpreting…

Pré­sident de séance : Fabien Guilloux (Centre d’Études Supé­rieures de la Renais­sance de Tours, France)

1/ Elo­die Oriol (Aix-Marseille Univ., France / Uni­ver­sité de Rome I La Sapienza, Ita­lie) - Orga­ni­sa­tions et repré­sen­ta­tions gen­rées dans les métiers de la musique : le cas de Rome au xviiie siècle

2/ Sarah Cais­sie Pro­vost (Univ. of North Flo­rida, USA) – Inno­va­tion and Emu­la­tion in Recep­tion His­tory of Early Jazz Women

3/ Anne­lis Kuhl­mann (Aarhus Univ., Dane­mark) – Traces in the Snow in Words : Writ­ten Artis­tic Auto­bio­gra­phy as an Actress’ Trans­mis­sion of her Living Archive

17h30-17h45 – Pause café

17h45-19h00 – …Diri­ger (Table ronde) / …Direc­ting (Round Table)

Anne-Françoise Ben­ha­mou (École Nor­male Supé­rieure, France), Roberta Pie­ran­gela Gan­dolfi (Univ. degli Studi di Parma, Ita­lie), Feli­cia McCar­ren (Tulane Univ., USA), Hya­cinthe Ravet (Univ. Paris-Sorbonne, FR)

14 décembre 2013 - INHA, Audi­to­rium

Trans­mis­sion et héri­tage / Trans­mis­sion and heritage

9h00-9h30 – Accueil avec café & croissants

9h30-10h30 – Ses­sion plé­nière : Suzanne Cusick (New York Univ., USA)

Gen­der, Per­for­ma­ti­vity and Musi­cal Bodies

10h30-11h30 – Extase et magie / Ecs­tasy and Magic

Pré­sident de séance : Ales­san­dro Arcan­geli (Univ. degli Studi di Verona, Italie)

1/ Kathryn Dicka­son (Stan­ford Univ., USA) – Part­ne­ring Divi­nity : Ecs­ta­tic Dance and the Gen­de­red Turn of Medie­val Mysticism

2/ Vir­gi­nia Pres­ton (Stan­ford Univ./McGill Univ., Mont­réal, Canada) – Baroque Gen­der, Magic, and Trans­for­ma­tion: Exa­mi­ning Records of Early Ballet

11h30-12h00 – Pause café

12h-13h00 – Mys­ti­cism et dévo­tion / Mys­ti­cism and Devotion

Pré­si­dente de séance : Xenia von Tip­pels­kirch (Humboldt-Univ., Ber­lin, Allemagne)

1/ Henry Phil­lips (Univ. of Man­ches­ter, GB) – La prise de voile d’Yvonne Hau­tin, actrice de la Comédie-Française

2/ Mara Ner­bano (Acca­de­mia di Belle Arti di Car­rara, Ita­lia) – Les femmes mys­tiques et le théâtre reli­gieux médiéval

13h00-14h30 – Pause déjeu­ner

14h30-15h30 – Écri­ture de soi / Wri­ting the self

Pré­si­dente de séance : Michèle Le Doeuff (CRAL-EHESS-CNRS, France)

1/ David Ken­ner­ley (Oxford Univ., GB) –  « Who would be a Sin­ger! » : Gen­der and artis­tic iden­tity in the diary of a female pro­fes­sio­nal sin­ger in early Vic­to­rian society

2/ Van­nina Oli­vesi (CRAL-EHESS-CNRS, France) – La créa­tion cho­ré­gra­phique dans les ‘Sou­ve­nirs’ de Marie Taglioni : la voie du « je »

15h30-17h00 – His­to­rio­gra­phie de la créa­tion / His­to­rio­gra­phy of Crea­tive Practice

Pré­si­dente de séance : Raphaëlle Legrand (Univ. Paris-Sorbonne, France)

1/ Ber­trand Porot  (Univ. Reims Cham­pagne –Ardenne, France) - La vision his­to­rio­gra­phique des chan­teuses du XVIIIe siècle à tra­vers le cas de Rosa­lie Levasseur

2/ Flora Mele (Univ. Paris-Sorbonne, France) – Le théâtre de la Foire et les manus­crits oubliés de Madame Favart

3/ Hélène Mar­quié (Univ. Paris 8, France) – Idéo­lo­gies et enjeux de l’historiographie en danse au tour­nant de la Belle époque

17h00-17h30 – Pause café

17h30-18h30 – Ses­sion plé­nière : Lynn Gara­fola (Colum­bia Univ.)

Dis­courses of Memory: The Mar­gi­na­li­za­tion of Bro­ni­slava Nijinska

18h30-19h00 – Dis­cus­sion & débat de clô­ture / Final Debate & Reflections

Pré­si­dente de séance : Feli­cia McCar­ren (Tulane Univ., USA)