Agenda

La Culture, une arme contre le sexisme ?

Les Assises de l’Institut Émilie du Châ­te­let 2013

Le Jeudi 24 octobre et Lundi 28 octobre 2013

Uni­ver­sité Paris Dide­rot — Paris 7 — Amphi­théâtre Buffon
15 rue Hélène Brion 75013 Paris
Ins­crip­tion obli­ga­toire : www.mnhn.fr/iec
La jour­née de jeudi a pour thème : “Par­cours, obs­tacles et inno­va­tions” avec notam­ment la par­ti­ci­pa­tion de Raphaëlle Legrand et Claire Bodin.
Celle de Lundi 28 octobre aura pour inti­tulé “Péren­ni­ser la culture de l’égalité”
Pour consul­ter le pro­gramme dans son inté­gra­lité cli­quer ici

 

En v’là une drôle d’affaire, 2e épisode : Nathalie Joly chante Yvette Guilbert

Du 25 sep­tembre au 3 novembre 2013

Au Théâtre du Lucer­naire à Paris 6ème

53 rue Notre Dame des champs
PARIS 6ème — métro Vavin

Réser­va­tions : 01 45 44 57 34 http://www.lucernaire.fr
Du mardi au samedi à 21h30 (relâches 17–18 et 22–23 octobre) & les dimanches à 17h00
durée : 1h15   -  Site  http://marchelaroute.free.fr
VIDEO http://www.youtube.com/watch?v=NGjcr3O7omc
 Programme

« Sans les artistes, la nation se meurt. » Y. G.

Le suc­cès du spec­tacle Je ne sais quoi a sus­cité une suite qui s’intéresse à la seconde par­tie de la car­rière de la chan­teuse Yvette Guil­bert. L’artiste réso­lu­ment « hors des codes », porte une parole fémi­niste avant l’heure dans son parlé-chanté qui influen­cera le caba­ret alle­mand d’avant-guerre.
 Dans cette période de matu­rité de son art et de sa vie, elle puise dans le réper­toire de la tra­di­tion popu­laire, explo­rant avec pas­sion le passé médié­val des mythes, des contes, des com­plaintes et des poèmes. Jusque dans les choix auda­cieux qu’elle n’a ces­sés de faire, elle com­mu­nique le sens du cou­rage d’être libre. Natha­lie Joly pro­pose ce second volet qui s’intéresse à la période de matu­rité de l’art et de la vie de la chan­teuse. Yvette Guil­bert puise dans le réper­toire de la tra­di­tion popu­laire, explo­rant avec pas­sion le passé médié­val des mythes, des contes, des com­plaintes et des poèmes. Jusque dans les choix auda­cieux qu’elle n’a ces­sés de faire, elle com­mu­nique le désir d’être libre.

 

Le Monde -­‐-­‐ Une heure et quart de plaisir…Nathalie Joly encercle le mys­tère Guil­bert avec une sobriété libé­ra­trice, dresse un por­trait de cette femme camé­léon, et accom­pagne ainsi la réflexion freu­dienne sur l’essence de l’art. Véro­nique Mor­taigne Libé­ra­tion Un tour de chant autant qu’une pièce de théâtre…ombres chi­noises, kabuki, lan­gage secret de l’éventail Coréen. Les dédou­ble­ments de per­son­na­lité de Guil­bert, qui fas­ci­nèrent Freud, prennent un relief sai­sis­sant. La « Mor­phi­née » garde un pou­voir de fas­ci­na­tion intact et brille comme un dia­mant noir. François-­‐-­‐Xavier Gomez
Le Figaro.fr -­‐ Ce spec­tacle est un moment de bon­heur.… Armelle Héliot
Pari­scope – Une scé­no­gra­phie superbe évoquant les japo­nai­se­ries de l’époque. Natha­lie Joly incarne les nom­breuses nuances de cette artiste hors norme. Magni­fique spec­tacle ! M.C.Nivières
Le canard enchainé – Un délice pour l’oreille et l’intelligence. Albert Algoud
Télé­rama TT – Le des­tin de la reine du caf’ conc’, pion­nière du fémi­nisme. Par un jeu très sub­til, Natha­lie Joly révèle ce qu’Yvette Guil­bert apporte à l’interprétation et à l’écriture de textes qui croquent des per­son­nages pit­to­resques. Syl­viane Ber­nard Gresh
Poli­tis – Natha­lie Joly a com­posé un moment éton­nant… La mise en scène de Jacques Ver­zier et la pres­ta­tion allègre du pia­niste Jean Pierre Ges­bert ampli­fient l’épaisseur théâ­trale de ce voyage dans le temps, où l’interprète déploie une puis­sante voix de velours et un talent intense de comé­dienne. Gilles Cos­taz
Jour­nal Du Dimanche Natha­lie Joly res­sus­cite Yvette Guil­bert. Ce nou­vel opus tout aussi far­ceur que le pré­cé­dent …à savou­rer sans modé­ra­tion. Alexis Cam­pion
France Musique -­‐ Venez quand vous vou­lez Un spec­tacle génial , Allez-­‐y, courrez-­‐y ! Denisa Ker­schova
Europe 1 -­‐ Une voix de velours, le charme de la Pari­sienne, Natha­lie Joly excelle dans le parlé chanté sorte de rap avant l’heure. Diane She­nouda
The Herald -­‐ The lumi­nous pré­sence of Natha­lie Joly for her explo­ra­tion of the talent of Caba­ret sin­ger Yvette Guil­bert. Joly revives many lost songs of this pro­to­fe­mi­nist whose jour­ney from the Mou­lin Rouge to Man­hat­tan. Keith Bruce

Artiste inter­na­tio­nale, Natha­lie Joly est pas­sion­née par toutes les formes par­lées – chan­tées, à l’origine de tous ses  spectacles.

  • Avec la com­pa­gnie Marche la route, Natha­lie Joly a réa­lisé Je sais que tu es dans la salle sur Yvonne Prin­temps et Sacha Gui­try, Caba­ret ambu­lant (1 CD) sur le Théâtre forain, J’attends un navire — Caba­ret de l’exil sur Kurt Weill, Cafés Can­tantes chan­sons de super­sti­tion (1 CD), Paris Buka­rest sur Maria Tanase (1 CD c /o rue Sten­dhal), Je ne sais quoi sur Yvette Guil­bert et Freud (1 CD livre c/o Seven doc). Comédienne–chanteuse, elle obtient un 1er prix de chant à l’unanimité au CNR de Bou­logne Billan­court, un 1er prix de musique de chambre et le D.E. de tech­nique vocale, puis tra­vaille sous la direc­tion de Phi­lippe Adrien (Rêves de Kafka et Ké voï), Thierry Roi­sin (Les Pierres), Michel Ros­tain (Jumelles), Diego Mas­son (Chan­sons de Bili­tis), Alain Fran­çon, et l’Opéra de Lyon (La vie Pari­sienne), Mau­rice Duro­zier, Lisa Wurm­ser, Oli­vier Bene­zech, Simon Abka­rian et des com­po­si­teurs comme Mau­rice Ohana, le GRAME, James Girou­don et Pierre Alain Jaf­fre­nou, David Jisse, Chris­tian Sebille, Phi­lippe Legoff. Elle enseigne en France (ENSAC de Cha­lon en Cham­pagne) et à l’étranger, notam­ment au Maroc, en Alle­magne, au Bré­sil et à Kaboul en Afgha­nis­tan, où elle a réa­lisé le film docu­men­taire Tasha­kor.

En vérité je vous le dis, il ne faut jamais se décou­ra­ger ! – Yvette Guilbert

  • Yvette Guil­bert (1865 –1944) : Cou­sette, ven­deuse et man­ne­quin à seize ans, elle débute au théâtre en 1885, puis se tourne vers la chan­son mais le suc­cès n’est pas au rendez-vous : Tu n’as pas d’expression, tu ne fais pas les bons gestes ! lui dit le direc­teur des Nou­veau­tés. Sa car­rière débute réel­le­ment au Mou­lin rouge en 1893 puis en Europe et aux Etats-Unis. Toulouse-Lautrec immor­ta­lise son per­son­nage de “diseuse de fin de siècle”. En 1897, elle épouse Max Schil­ler, un bio­lo­giste Vien­nois. Gra­ve­ment malade à par­tir de 1900, elle inter­rompt sa car­rière pen­dant 11 ans et ouvre une école des arts du spec­tacle vers 1913. Elle reprends sa seconde car­rière vers 1913, publie sa bio­gra­phie « La chan­son de ma vie », tourne au cinéma avec Tour­neur, L’herbier… Réfu­giée à Aix-en-Provence pour se cacher de la Ges­tapo avec son mari Max Schil­ler, juif Vien­nois, Yvette Guil­bert décède à l’hôtel Nègre Coste, le 4 février 1944. La même année, les femmes obtiennent leurs droits poli­tiques. Le pre­mier vote des femmes exis­tera un an plus tard.
SITE http://marchelaroute.free.fr
Pro­duc­tion Tel  06 52 04 68 90  Site  http://marchelaroute.free.fr
Cour­riel  marchelaroute@gmail.com

Genre et création dans l’histoire : arts vivants, art de vivre. Appel à communications

12–14 décembre 2013

École des hautes études en sciences sociales, Paris, France

Comité d’organisation : Eli­za­beth Claire (crh-ehess-cnrs), Catherine Deutsch (Univ. Paris-Sorbonne), Raphaëlle Doyon (labex cap, cral-hicsa)

Appel à com­mu­ni­ca­tions (prolongé)

Appel à com­mu­ni­ca­tionsCall for Papers

Les pro­po­si­tions, d’environ 200 mots, doivent être envoyées au plus tard le 20 juillet 2013 à l’adresse élec­tro­nique sui­vante : genre.artsvivants@gmail.com

Site inter­net : http://vivarts.hypotheses.org/

Merci d’indiquer le titre de votre com­mu­ni­ca­tion ainsi que votre nom et éven­tuelle ins­ti­tu­tion de rattachement. Les groupes de tra­vail qui sou­hai­te­raient pro­po­ser unpa­nel de plu­sieurs com­mu­ni­ca­tions ajou­te­ront un titre et un résumé du panel d’environ 250 mots. Les pro­po­si­tions et les com­mu­ni­ca­tions se feront en anglais ou en français. Une bourse de voyage sera accor­dée à trois candidat-e-s doctorant-e-s ou post-doctorant-e-s qui néces­si­te­raient un sou­tien finan­cier. Merci de nous l’indiquer dans votre dossier.

Argu­men­taire

Si depuis plu­sieurs décen­nies, en France, les dif­fé­rentes dis­ci­plines artis­tiques (lit­té­ra­ture, his­toire de l’art et cinéma, notam­ment) se sont consi­dé­ra­ble­ment ouvertes à l’histoire des femmes, aux théo­ries fémi­nistes et aux études de genre, le dia­logue avec l’histoire des arts vivants (théâtre, musique, danse) reste encore à établir. De ce fait, la pério­di­sa­tion, et les cadres géo­gra­phiques et cultu­rels de cet appel res­tent volon­tai­re­ment ouverts. Nous sou­hai­tons appuyer des ini­tia­tives de recherches, impul­ser des pro­po­si­tions, en évitant de res­treindre un champ de recherche amené à s’épanouir dans des direc­tions que les com­mu­ni­ca­tions vien­dront en par­tie cir­cons­crire. Aussi, le péri­mètre des « arts vivants » est entendu au sens large : nous sol­li­ci­tons des recherches sur l’histoire du théâtre, de la musique et de la danse, mais aussi sur le cirque, les cultures popu­laires, les per­for­mances rituelles,  les décors, l’éclairage, les cos­tumes, le maquillage, etc.

Étudier les actes de créa­tion au prisme du genre nous confronte à un cer­tain nombre de para­doxes inhé­rents aux arts vivants et nous invite à répondre à une série de ques­tions. Quel rôle joue le corps genré dans l’interprétation ? Com­ment trai­ter la com­plexité de la mémoire de l’événement et de sa créa­tion ? Dans quelle mesure les traces et les lacunes font-elles appa­raître l’histoire gen­rée des arts vivants ? La dif­fi­culté de nom­mer au fémi­nin cer­taines fonc­tions ne relève-t-elle pas d’une divi­sion sexuée du tra­vail de créa­tion ? Enfin, com­ment la construc­tion des iden­ti­tés de genre façonne, et est mode­lée en retour par le contenu des œuvres et les tech­niques d’interprétation ?

Nous pro­po­sons trois axes de réflexion qui répondent au carac­tère éphé­mère des arts vivants et à la com­plexité tem­po­relle de leurs traces éparses et poly­morphes. Le pre­mier, « Gestes et inter­pré­ta­tion », porte sur le moment de l’action et de son incar­na­tion ; le second, « Fabrique de l’art et construc­tion de soi », sur sa mise en dis­cours et en normes ; le troi­sième, « Trans­mis­sion et héri­tages », sur son ins­crip­tion dans le temps.

Axes

1. Gestes et interprétation

Ce pre­mier axe invite à une réflexion sur le geste (théâ­tral, musi­cal, dansé) et son lien avec le corps genré. Nous inter­ro­ge­rons : (1) la notion d’interprétation, d’une tra­di­tion, d’un texte, d’une par­ti­tion, d’une cho­ré­gra­phie, et leur récep­tion ; (2) les méca­nismes qui ont abouti à la dis­tinc­tion et à la hié­rar­chi­sa­tion entre inter­prètes et créa­teurs /créatrices ; (3) la mar­gi­na­li­sa­tion de cer­taines pra­tiques dites fémi­nines, pri­vées ou ama­teures notam­ment, et leur mise à l’écart des défi­ni­tions tra­di­tion­nelles du mot art.

2. Fabrique de l’art et construc­tion de soi

Ce deuxième axe porte sur les repré­sen­ta­tions et la mise en dis­cours et en normes des pra­tiques de créa­tion selon une logique gen­rée. Nous ver­rons la façon dont les créa­teurs et créa­trices se sont positionné-e-s et construit-e-s avec, contre ou en dehors de ces dis­cours. Nous sol­li­ci­tons des études ter­mi­no­lo­giques et des ana­lyses dis­cur­sives qui per­mettent de dis­cer­ner, pour cha­cun des arts, les repré­sen­ta­tions sociales col­lec­tives asso­ciées aux pra­tiques, et/ou aux stra­té­gies de résis­tance aux contraintes et aux normes.

3. Transmission et héritages

Dans ce der­nier axe, nous pro­po­sons d’examiner l’inscription mémo­rielle des créatrices/créateurs et de leurs pra­tiques, ainsi que les amné­sies volon­taires et les méca­nismes de l’oubli. Nous ques­tion­ne­rons l’histoire des lacunes, des silences et des pro­ces­sus gen­rés d’invisibilisation dans l’historiographie. Il s’agira égale­ment d’explorer les liens entre des « pra­tiques artis­tiques » qui s’inscrivent dans un héri­tage cultu­rel qu’elles répètent et inventent, l’histoire de la construc­tion des savoirs, et la mise en forme des dis­ci­plines aca­dé­miques, elles-mêmes tra­ver­sées par des sté­réo­types de genre.

Colloque à l’Opéra Comique, 20 avril 2013 : Les compositrices au siècle de Pauline Viardot

Les com­po­si­trices au siècle de Pau­line Viardot

Les col­loques de l’Opéra Comique en col­la­bo­ra­tion avec le Palaz­zetto Bru Zane — Centre de musique roman­tique fran­çaise

Samedi 20 avril 2013 — Opéra Comique — Paris

MATINÉE (10h00-13h00)

10h00 Intro­duc­tion
10h15 Flo­rence Lau­nay : Les com­po­si­trices à l’Opéra Comique de 1800 à 1914
10h45 Jérôme Dori­val : Le chan­teur, modèle du pia­niste pour Madame de Mont­ge­roult
Pause
11h30 Muriel Bou­lan : Louise Far­renc
12h00 Matéo Cré­ma­dès : Louise Ber­tin 12h30 Discussion

APRÈS-MIDI (14h30-18h00)

14h30 Anne-Charlotte Rémond : Les com­po­si­trices fin de siècle
15h00 Bea­trix Bor­chard : Pau­line Viar­dot
Pause
15h45 Sébas­tien Troes­ter : Marie Jaëll
16h15 Ren­contre avec Claire Bodin, direc­trice artis­tique du Fes­ti­val Pré­sences Fémi­nines
16h45 Discussion

Opéra Comique — Salle Bizet, Place Boiel­dieu, 75002 Paris
Métro Richelieu-Drouot ou 4 Sep­tembre
Entrée libre sur ins­crip­tion au 0825010123 (0,15/Min)
www.opera-comique.com

Le Mans 5–6 avril 2013 : Musiciennes en duo

« Musi­ciennes en duo, com­pagnes, filles, sœurs d’artistes », Le Mans, ren­contres (ouvertes à tous et toutes), ven­dredi 5 et samedi 6 avril 2013

Que fait le couple à la musique des femmes ??? Au-delà des emblé­ma­tiques Nan­nerl Mozart, Fanny Men­dels­sohn ou Clara Schu­mann… il est temps d’étudier les rela­tions qu’ont tis­sées les musi­ciennes de toutes les époques, hier et aujourd’hui, avec des artistes en tous genres (hommes ou femmes et quel que soit l’art pra­ti­qué), dont elles furent com­pagnes, conjointes, sœurs ou filles, que ces rela­tions soient de l’ordre de la com­plé­men­ta­rité, de l’émulation, de la riva­lité, de la sou­mis­sion, de l’effacement ou de l’auto-censure… Le CReIM et le CERHIO vous pro­posent une jour­née et demie d’échanges, ouverts à tous et toutes, autour de ce thème.

Ven­dredi 5 avril 9h30 à 17h30 – Amphi­théâtre des Beaux-Arts (ESBA-TALM), 28 ave­nue Rostov-sur-le-Don

• 9h30 — Accueil et Intro­duc­tion par Caro­line GIRON-PANEL (BnF) et Syl­vie GRANGER (Uni­ver­sité du Maine, CERHIO)

I — Couples d’artistes : com­plé­men­ta­ri­tés ou rivalités ?

• 10h — Raphaëlle LEGRAND (Paris IV-Sorbonne, PLM) : Chan­teuses à la Comé­die Ita­lienne et mariées à des artistes, Favart, Laruette, Trial et Dugazon
• 10h30 — Flo­rence LAUNAY (CReIM, Darm­stadt) : Com­po­si­trices et mariées au XIXe siècle : les exemples posi­tifs de Clé­mence de Grand­val, Louise Far­renc, Loïsa Puget et Marie Jaëll
11h : dis­cus­sion – pause
• 11h30 — Nico­las DERNY (Bel­gique) : Vítěz­slava Kaprá­lová (1915–1940) et Bohu­slav Mar­tinů, entre émula­tion et complémentarité
• 12h — Renaud BOUCHET (Uni­ver­sité du Maine, CERHIO) : Éliane Radigue, com­po­si­trice, et la pra­tique de créa­tion de son mari peintre, années 1950–1960
• 12h30 — discussion
• 12h45 — Déjeuner

II — Duos, trios et plus…

• 14h30 — Rosalba AGRESTA (BnF/EPHE) : Ara­bella God­dard et James William Davi­son : un couple au ser­vice des “clas­siques” dans l’Angleterre victorienne
• 15h — Fré­dé­rick SENDRA (Uni­ver­sité de Poitiers/CRIHAM EA 4270) : « Je donne ces poèmes, nés d’elle » : la poé­tesse Jehanne d’Orliac (1883–1974) et la pia­niste Gene­viève Dehelly (1885– 1970), un duo entre lit­té­ra­ture et musique
• 15h30 — discussion-pause
• 16h — Jérôme ROSSI (Uni­ver­sité de Nantes) : Ladies of English Music : le règne des sœurs Har­ri­son (1er tiers du XXe siècle)
• 16h30 — Jérôme DORIVAL (Haute École de Musique de Lau­sanne Fri­bourg) : Hélène de Mont­ge­roult et son entou­rage artistique
• 17h-17h30 : discussion
• 20h30-22h — balade noc­turne dans quelques lieux de musique de la ville ancienne (ouverte aux communicant.e.s et aux audi­teurs inté­res­sés, dans la limite de 25 places dis­po­nibles,  dans l’ordre des ins­crip­tions auprès de Sylvie.Granger@univ-lemans.fr)

 

Samedi 6 avril 9h00 à 13h – Audi­to­rium du Musée Carré Plan­ta­ge­nêt, rue Claude-Blondeau

  III — Musi­ciennes en duo : pers­pec­tives historiques

• 9h00 — Isa­belle RAGNARD (Paris IV-Sorbonne, PLM) : La Jon­gle­resse au Moyen Âge : seule ou accompagnée ?
• 9h30 — Caro­line BEC (Paris IV-Sorbonne, CLEA EA 4080) : Sabina Pas­qual, comédienne-chanteuse espa­gnole (1688–1727) : mère, épouse et fille de musiciens
• 10h — Ber­trand POROT (Uni­ver­sité de Reims, CERHIC/PLM Paris IV-Sorbonne) : Les musi­ciennes de la Foire dans la pre­mière moi­tié du XVIIIe siècle : filles, sœurs, épouses, les couples d’artistes
• 10h30 — discussion-pause
• 11h — Cathe­rine CESSAC (CNRS/CMBV) : Élisa­beth Jac­quet de La Guerre, sa famille et ses proches en harmonie ?
• 11h30 — discussion-conclusion : Raphaëlle Legrand
• 12h15 à 13 h – Concert de Cathe­rine SAMOUEL : Pièces de cla­ve­cin d’Élisabeth Jac­quet de La Guerre, pré­sen­ta­tion Ber­trand Porot.
Catherine SAMOUEL en concert le dimanche 10 mars au Musée de Tessé (Le Mans) sur le thème "Paysages en voyage"Cathe­rine SAMOUEL en concert le dimanche 10 mars der­nier au Musée de Tessé (Le Mans) sur le thème “Pay­sages en voyage”
• 13h00 — Fin du colloque

Col­loque co-organisé par : CReIM, CERHIO/Université du Maine, Société Sciences et Arts de la Sarthe,

(avec l’appui de : Délé­ga­tion dépar­te­men­tale aux Droits des Femmes, Conseil Scien­ti­fique et Rela­tions Inter­na­tio­nales de l’Université du Maine, Conseil Régio­nal des Pays-de-la-Loire, Conseil géné­ral de la Sarthe, Le Mans-Métropole, Ville du Mans, ESBA-TALM, CERHIC de Reims, CNRS/CMBV, OMF-Paris IV-Sorbonne, PLM –Paris IV-Sorbonne, Uni­ver­sité de Nantes).
Le comité d’organisation : Caro­line GIRON-PANEL, Syl­vie GRANGER, Ber­trand POROT
caroline.panel@gmail.com  / Sylvie.Granger@univ-lemans.fr  /  bertrand.porot@gmail.com
-> à noter : le samedi 6 avril, de 14h00 à 15h30, dans la pro­lon­ga­tion du col­loque, une réunion CReIM per­met­tra de pré­sen­ter le Cercle de Recherche Inter­dis­ci­pli­naire sur les Musi­ciennes aux per­sonnes inté­res­sées et de faire le point sur les pro­jets en cours (publi­ca­tions en ligne, ren­contres sui­vantes etc…).
-> à savoir : Le Mans est à 55 minutes de Paris-Montparnasse en TGV, à 2 heures de Reims, à 3 heures de Lyon ou de Lille…
-> le week-end des 6 et 7 avril 2013, se dérou­le­ront aussi au Mans les jour­nées “Le Mans’Art” dédiées aux métiers des arts et du patri­moine, dans le cadre his­to­rique de la ville ancienne (cathé­drale, abbaye St-Vincent, hôtels par­ti­cu­liers…). Expo­si­tions, visites, confé­rences, ren­contres avec des pro­fes­sion­nels, concert…

AFFICHE COLLOQUE CERHIO 5_6 avril2013

Journée d’étude Kaija Saariaho au CDMC le 26 avril 2013

Jour­née d’étude inter­na­tio­nale « Les œuvres de Kaija Saa­riaho – entre ins­pi­ra­tion visuelle et influence lit­té­raire » En pré­sence de Kaija Saariaho

 

CDMC, Paris – 26 avril 2013 (Centre de docu­men­ta­tion de la musique contem­po­raine, 16 place de la Fontaine-aux-Lions, 75019 PARIS)
Orga­ni­sée par Márta Grabócz – IUF et GREAM, Uni­ver­sité de Strasbourg
(email : grabocz@club-internet.fr) en col­la­bo­ra­tion avec Anne Sivuoja, Aca­dé­mie Sibe­lius, Helsinki
(Dans le cadre du « Domaine privé Kaija Saa­riaho », Cité de la musique, Paris, 17–23 avril 2013)

Pro­gramme

 

Séminaire EHESS — Genre et création dans l’histoire des arts vivants

Sémi­naire EHESSGenre et créa­tion dans l’histoire des arts vivants (xvie–xxie siècles) Ven­dredi 22 mars 2013 

15 h à 19 h (salle 6, 105 bd Ras­pail 75006 Paris)
Invi­tées :
Tomoko Takaze (Uni­ver­sité de Meiji) Ÿ « La Rose de Ver­sailles, ou la Révo­lu­tion de la femme dans l’univers des man­gas »       
Hya­cinthe Ravet (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne) Ÿ  « Maes­tra ou Madame le Chef ? Place et recon­nais­sance des cheffes d’orchestre aujourd’hui »
Pro­gramme com­plet du séminaire
Orga­ni­sa­tion : Eli­za­beth Claire, char­gée de recherche au CNRS Cathe­rine Deutsch, maî­tresse de confé­rences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV) Raphaëlle Doyon, cher­cheuse post­doc­to­rante LABEX CAP
http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/750/

Sixième rencontre du CReIM

Ven­dredi 22 février 2013, 15h-19h

Uni­ver­sité Paris-Sorbonne
Centre uni­ver­si­taire Cli­gnan­court
2 rue Fran­cis de Crois­set, 75018 Paris
(Métro Porte de Cli­gnan­court)
Salles 126 et 117

Condi­tions de femmes, condi­tions de la voix

Pré­si­dente de séance : Raphaëlle Legrand (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne)
Salle 126
15h Accueil et intro­duc­tion : actua­li­tés du CReIM
15h15 Paola Luna (Doc­to­rante en musi­co­lo­gie, Paris-Sorbonne) : Les Ado­ra­tions à
l’Enfant-Dieu, à Guapi et Cali (Colom­bie)
16h00 Sarah Nancy (Uni­ver­sité Sor­bonne Nou­velle) pré­sen­tera son livre La voix fémi­nine
et le plai­sir de l’écoute en France aux XVIIe et XVIIIe siècles (Gar­nier, 2012)
Dis­cu­tante : Raphaëlle Legrand
16h45 Pause
Salle 117
17h00 Table ronde ani­mée par Théo­dora Psy­choyou (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne)
- Autour de « Quelques mots à chan­ter », théâtre musi­cal par Arielle Der­vieu
(chant), Natha­lie Jadot (comé­dienne), Mireille Le Gouil (piano)
- Ren­contre avec Isa­belle Aboul­ker, compositrice
Séance orga­ni­sée par Raphaëlle Legrand et Théo­dora Psychoyou